x
Choisissez votre langue : NederlandsFrançaisEnglish

Brexit: quelles conséquences économiques, et comment les anticiper ?

Cet article a été rédigé par Nikolas Vandelanotte, Hannelore Durieu.
Contactez-nous pour plus d'informations sur contact@vandelanotte.be.
Brexit: quelles conséquences économiques, et comment les anticiper ?
Il est impossible de dire aujourd'hui quand le Royaume-Uni quittera effectivement l'Union européenne. Il s'agit du résultat difficile à prévoir d'un processus qui peut encore durer longtemps. Et compte tenu de la situation en Irlande du Nord et en Écosse, ce dossier pourrait encore connaître quelques rebondissements.

Vu l'incertitude, il est inutile de se précipiter. Mais nous pouvons en tout cas tenter d'évaluer certaines conséquences concrètes du Brexit pour les activités de votre entreprise.

D'un point de vue financier


D'une part, nous prévoyons un impact sur l'assurance-crédit : la note du Royaume-Uni a déjà été dégradée. On peut également s'interroger sur l'impact du Brexit sur les entreprises locales et les modalités de paiement. Les Bourses ont beaucoup baissé pendant deux jours d'affilée, et la livre britannique a nettement perdu de sa valeur. Cela aura un impact important sur le rendement des assurances placement et des assurances vie (principalement dans la branche 23). Il est toutefois difficile d'estimer l'ampleur totale et la durée de ces phénomènes...

D'un point de vue juridique


En cas de Brexit, on ne pourra en principe plus fonder des relations contractuelles avec le Royaume-Uni sur le droit européen. C'est pourquoi il est conseillé de préciser dans vos contrats qu'ils sont régis par le droit belge et soumis aux compétences des tribunaux belges. En outre, il sera sans doute nécessaire de modifier la formulation de dispositions à caractère territorial, notamment pour les interdictions de concurrence, droits de distributions ou agences commerciales applicables aux pays membres de l'Union européenne.

D'un point de vue fiscal


Un Brexit aura également d'importantes conséquences fiscales. Ainsi, la Grande-Bretagne pourrait être exclue du régime TVA harmonisé, et devra alors établir ses propres règles en matière de TVA. Les transactions avec l'UE seront en principe qualifiées d'importations/exportations, raison pour laquelle des droits à l'importation pourraient par exemple être applicables.

En outre, le pays ne pourra en principe plus faire appel aux directives européennes qui réduisent les charges fiscales, comme la directive mères-filiales pour les distributions de dividendes, la directive sur les fusions et la directive sur les intérêts et redevances. Cela pourrait inciter les entreprises à rapatrier leur siège dans un État membre de l'UE.

Les conventions préventives de la double imposition conclues avec le Royaume-Uni resteront en principe d'application ; elles ont en effet été conclues de manière bilatérale.

Du point de vue de l'emploi


En outre, l'emploi transfrontalier risque de gagner en complexité. Une restriction de la libre circulation des personnes pourrait apporter de nombreuses formalités administratives supplémentaires. En principe, il faudra également tenir compte des limitations en matière de droits de travail de plus de vingt pays au lieu d'une législation harmonisée à partir du Royaume-Uni aussi.

En outre, la disparition de la réglementation européenne, qui prévoit qu'un ressortissant de l'Union européenne ne paie des cotisations sociales que dans un État membre, pourra désormais mener à un assujettissement à la sécurité sociale au Royaume-Uni et dans l'UE. On peut également se demander si l'exercice de droits relatifs à différentes composantes de la sécurité sociale (pension, chômage, assurance-maladie...) restera garanti dans de telles situations transfrontalières.

Conclusion


Nous n'avons abordé ici que quelques-uns des aspects qui accompagnent la sortie du Royaume-Uni. Beaucoup dépendra des choix que feront les Britanniques et l'UE au cours des deux prochaines années. Les Britanniques opteront-ils pour l'EEE ou pour une autre forme de collaboration ? Ou voudront-ils entrer seuls dans l'arène économique et financière ?

De nombreuses conséquences contre lesquelles vous pourrez vous couvrir ou non, en tant qu'entreprise ou que personne physique, ne sont pas encore connues. Elles se révéleront progressivement au cours des semaines et des mois à venir. Nous gardons les yeux et les oreilles grands ouverts pour vous assister aussi bien que possible dans ce nouvel environnement.

En cas de questions ou d'observations, n'hésitez pas à nous contacter via contact@vdl.be.

Cet article a été rédigé par

Plus de nouvelles

Obligation de mentionner le numéro EORI en cas d'importation
vision actuelle

Obligation de mentionner le numéro EORI en cas d'importation

À partir du 7 janvier 2017, les opérateurs économiques qui importent des marchandises en Belgique au départ d'un pays situé en dehors de l'Union européenne sont tenus d'introduire une demande de numéro EORI.

Nouveau pourcentage minimal de majoration d'impôt en cas d'absence de versements anticipés ou de versements anticipés insuffisants
vision actuelle

Nouveau pourcentage minimal de majoration d'impôt en cas d'absence de versements anticipés ou de versements anticipés insuffisants

Afin d'encourager les assujettis à effectuer des versements anticipés suffisants, la Loi-programme du 3 août 2016 a établi un taux d'intérêt de base minimal de 1 % pour l'estimation du pourcentage de majoration.

Bientôt également 21% de TVA sur les prestations pro deo
vision actuelle

Bientôt également 21% de TVA sur les prestations pro deo

Les prestations des avocats et des huissiers de justice opérant sous le couvert du pro deo, sont soumises au taux zéro pour la TVA. La Cour de Justice européenne a toutefois jugé que ce taux n'est pas conforme à la directive sur la TVA.

Modifications en matière de déduction à titre de RDT et d'exonération précompte mobilier pour les dividendes
vision actuelle

Modifications en matière de déduction à titre de RDT et d'exonération précompte mobilier pour les dividendes

Avec la loi du 1er décembre 2016 « portant des dispositions fiscales » (MB du 8 décembre 2016) deux nouvelles dispositions ont été introduites en matière de déduction à titre de RDT et d'exonération du précompte mobilier pour les dividendes.

Publication Loi-programme du 25 décembre 2016
vision actuelle

Publication Loi-programme du 25 décembre 2016

La loi-programme du 25 décembre 2016 à été publiée le 29 décembre 2016 au Moniteur Belge.

Aperçu complet>
Vandelanotte Aalst
AalstGentse Steenweg 55
T: +32 53 72 95 00
Vandelanotte Antwerpen
AntwerpenHerentalsebaan 71-75
T: +32 3 320 97 97
Vandelanotte Brugge
BruggeTorhoutse Steenweg 250
T: + 32 50 39 28 75
Vandelanotte Brussel
BrusselEsplanade 1/85
T: +32 2 427 44 53
Vandelanotte Deinze
DeinzeKastanjelaan 17 bus 2
T: +32 9 381 51 81
Vandelanotte Kortrijk
KortrijkPresident Kennedypark 1a
T: + 32 56 43 80 60
Vandelanotte Tournai
TournaiAvenue de Maire 101
T: +32 69 22 64 95
Zele
ZeleNachtegaalstraat 8/w5
T: +32 52 21 85 07
Menu
Choix de langue
nlfren